09 mars 2022 ~ 0 Commentaire

Un esprit vert dans un corsaire – Michaël Lambert

Michaël Lambert n’est pas un total inconnu pour moi, je me souviens d’avoir lu Buiten, un roman en forme de pamphlet, de conte, …, évoquant un monde dont il rêve, un monde jouissif, jubilatoire, fantasmagorique, où la liberté pour tous ne serait pas qu’une utopie, … J’ai retrouvé ces thèmes et surtout cet esprit dans le présent recueil d’aphorismes : des réflexions sur le contexte social, la philosophie, des extrapolations fantastiques, des raccourcis surréalistes, …. C’est une somme de mots d’esprit de diverses formes et inspirations regroupées dans divers chapitres qui évoquent chacun un aspect de la société.

Michaël prend les mots à bras le corps abusant de leur sens, de leur son et des associations les plus improbables qu’il peut en tirer, ainsi il construit des maximes pertinentes, percutantes, empreintes d’espiègleries, de taquineries, de moqueries plutôt délicates, sans omettre quelques réflexions narquoises et même quelques traits de poésie ou d’onirisme. L’étendue de sa culture lui permet d’élargir le champ de sa création, il pratique l’éclectisme comme Les Inconnus pratiquaient l’athlétisme (référence à un célèbre sketch !). Je ne donnerai ci-dessous qu’un aperçu de celui-ci tant sa diversité est grande.

Popotins mondains (pour paraître avant d’être ?) :

« Les pleurs sont pluriels, le sourire est singulier ».

Métaphore toi-même :

« Nous sommes bien trop nombreux à nous sentir seuls ».

Scène de ménagerie :

« Elle se couchait avec le coq, elle se levait avec l’époux ».

N’oubliez pas l’audioguide :

« D’aucuns sont forts et savent ce qu’ils veulent, d’autres sont trop petits pour la taille de leurs rêves ».

Tirade de vers du nez :

« On rémunère peu les heures passées à rêver, à moins de se payer d’un poème ».

Des paragraphes comme ceux-ci, le recueil en compte une bonne trentaine comportant en moyenne chacun une dizaine d’aphorismes. Ainsi vous pouvez mieux apprécier la minceur de cet échantillon et tout ce qu’il vous reste à découvrir dans l’ensemble de ce P’tit cactus. Et, comme la culture de l’auteur est vaste, restez vigilants, vous pourriez vous égarer dans le sentes verbales de ce facétieux recueil. Facétieux pour l’humour mais plein de bon sens et de saines recommandations pour le fonds, on peut se marrer en prenant conscience de la puérilité et du désarroi dans lesquels se débat notre société.

Cactus inébranlable éditions

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions