06 juillet 2021 ~ 0 Commentaire

Mes trente glorieuses – Anne Gallois

Dans ce livre (roman, biographie, témoignage ?), Anne Gallois raconte la vie d’une fille née au creux de la guerre, en 1942, un peu trop tôt pour faire partie de la marée du babyboom qui a envahi toutes les institutions quand elle a déferlé à l’école notamment mais ailleurs encore. Margot, cette gamine ne trouve pas sa place dans le creux d’une sororité de six filles, coincée entre les plus grandes et les plus petites, toutes plus belles qu’elle, elle en est convaincue. Sa tignasse rousse et ses tâches de rousseur, stigmatisées par ses camarades, ne font qu’accentuer son mal être et son envie de se révolter contre tout ce qui peut la contraindre. Elle refuse toutes les règles d’où qu’elles émanent, elles se sent sans cesse humiliée, elle éprouve le besoin de se distinguer, de n’importe laquelle des manières, pour montrer qu’elle existe, elle en devient même plutôt insupportable…

L’histoire de cette fille, c’est l’histoire d’une petite bourgeoise provinciale née dans une famille de commerçants nantis de Nevers même si le père a encore la terre de la ferme familiale collée sous les semelles. Les parent sont rigoureux, catholiques pratiquant avec ferveur, plutôt fachos comme on disait à cette époque. Les filles sont scolarisées à l’école des bonnes sœurs, elles ne peuvent pas se mêler aux enfants des prolos, c’est trop dangereux, ils transmettent de drôles d’idées. Dans ce texte, Anne Gallois brosse le portrait d’une famille bourgeoise type très ressemblant à celui que les révoltés de soixante-huit caricaturaient pour dénoncer les inégalités sociales, économique, politiques …

L’histoire de cette gamine, de cette famille, percutent la grande Histoire que Paris Match met en image chaque semaine à sa une et que Margot achète pour son père. L’auteure rythme habilement son récit avec ces images brossant ainsi un portrait de la France des « Trente glorieuses » et même du monde. C’est la période de la reconstruction européenne après la catastrophe de la deuxième guerre mondiale, du babyboom, de la croissance économique, de l’invention du cinéma en couleur et du cinémascope, c’est l’apparition d’une nouvelle forme musicale, des quarante-cinq tours… Tous ces changements s’accompagnent de la création d’une élite née dans l’image : les stars du cinéma et idoles de la chanson. Les poètes sont relégués dans le monde confiné des intellos pendant que les nouvelles vedettes inondent les médias notamment la une de Paris Match, le fameux « choc des photos… ».

Pour moi ce livre est un exercice de nostalgie appliquée, j’ai vécu à cette époque, je suis un peu plus jeune que Margot, moins vieux serait plus juste, mais je n’étais pas du côté des nantis, j’avais les semelles pleines de terre. J’ai reconnu cette France dont on a retenu deux faces seulement : les bourgeois cathos et fachos d’une part et d’autre part les prolos cocos. Cette France qui s’affrontait dans les élections et les débats politiques hauts en couleurs qui les précédaient. Margot et Anne ont navigué dans cette France bipolaire passant de l’un à l’autre des bords sans toujours bien comprendre les motivations de chacune des parties avec surtout l’envie, et le besoin, d’en découdre, d’exister, de bousculer l’ordre établi quelque soit le chemin à emprunter.

Merci Anne pour ce grand moment de nostalgie, ce survol de la première moitié de notre vie, et comme chantait une idole devenue icône nationale :

« Souvenirs, souvenirs
Vous revenez dans ma vie
Illuminant l’avenir

…».

Editions de Borée

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions