02 juillet 2021 ~ 0 Commentaire

Les miroirs du désordre – Anne-Marielle Wilwerth

Dans son précédent recueil, Anne-Marielle proposait des quintils, un sur chaque page en haut à gauche, dans celui-ci elle présente un quatrain par page avec la même économie de mots, quelques mots par ver, parfois même un seul. Ses poèmes ne décrivent pas, n’exposent pas, ne définissent pas, n’étalent pas, ils évoquent, avec des mots comme des souffles légers, l’univers, le cosmos, l’éther où nous évoluons :

« Le tout et le rien / soudés dans cette courte vie / détournent sans cesse / notre destin »

« Respirons l’air pur / d’une étreinte / afin de ressusciter / la clarté »

La lumière et la nuit que nous parcourons :

« Suivre nos doutes / à la trace / pour les empêcher / d’aller mordre la lumière »

« La lune déguise la nuit / et dévoile de nous / ce que l’on ignorait / jusque-là »

Que nous parcourons fugacement dans la grande fragilité de nos être :

« Artisans de l’inouï / nous n’avons pas encore fini / de façonner / le fugace »

« Sous la dépouille du vivre / un seul brin d’herbe / peut être porteur / d’immensité »

Dans les limites du temps qui nous est confié

« Le froid miroite / sur les flaques gelées / ajoutant à nos joies d’enfant / une pincée d’éternité »

Anne-Marielle confronte les différentes configurations cosmiques qu’elle évoque avec les mots qu’elle puise dans son trésor personnel :

« Empressons-nous / de récolter la sève des mots / avant que sous les doutes / ils ne ploient »

Ces poèmes d’une extrême légèreté, d’une texture arachnéenne, accrochent l’âme et le cœur du lecteur embourbé dans un quotidien infesté, interné dans les geôles de la réponse à la pandémie, le transportant dans l’éther purifié, là où les virus ne peuvent pas vivre, là où le lecteur ne connaîtra jamais la dépression. Les poèmes d’Anne-Marielle, mélangés habilement et artistiquement dans les encres d’Eric Hennebique, sont comme les traitements chamaniques, inexplicables, magiques sans doute, efficients certainement …

Je recevrais volontiers la seconde dose pour m’assurer de ma totale immunité !

Le Taillis pré

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions