16 novembre 2020 ~ 0 Commentaire

ultima prova d’orchestra – Michaël Glück

Avec cette ultime répétition orchestrale, Michaël Glück clôt le triptyque qu’il a initié avec « prova d’orchestra » et « nuova prova d’orchestra ». C’est sa dernière répétition en musique et ça aurait pu être aussi la dernière publication de Jean-Louis Maurice Massot, le célèbre chef d’orchestre des Carnets du dessert de lune mais j’ai entendu dire que, comme tous les artistes dignes de leur statut, il projetait d’effectuer une dernière tournée avec deux nouvelles publications. On saura rapidement quand nous pourrons chanter, comme Eddy Mitchell :

 « C’était la dernièr’ séquence
C’était la dernièr’ séance
Et le rideau sur l’écran est tombé
 »

Jean-Louis aurait ainsi pu conclure sa carrière éditoriale en musique et consacrer son temps libéré à l’écriture qu’il pratique avec le même talent qu’il choisit les textes et cultive ses légumes. Cette ultime répétition ne le sera donc que pour Michaël et ses lecteurs qui dégusteront donc pour une dernière fois ses traits d’esprit, calembours, aphorismes et autres jeux de mots musicaux qui rendent notre confinement moins triste. Il a dès son premier aphorisme situé son recueil dans cette maussade période : « En temps de pandémie, les musiciens ne joueront qu’une note sur deux et éviteront de pointer les noires dit-elle ».

Cette dernière répétition est courte, vive, alerte, enjouée, construite sur des jeux de mots fulgurants, drôles, parfois même hilarants :

« Ne jouez pas trop fort. Le sourd dine »

« Quand le chef passe au piano, il faut écailler le bar dans le bac. »

Et quand l’auteur et son entourage ont fini de manger, il parle de musique dès qu’ils ont su que « La clef de sol est sous la paille à son », se lamentant encore et encore qu’« Il n’y a pas de prix Nobel de musique sans doute à cause du canon ». Mauvaises langues, ils répéteront encore que « Certains orchestres ne devraient jamais quitter la fosse ».

J’ai bien ri aussi quand j’ai lu ces jeux de mots déformant des noms propres pour en tirer le meilleur effet :

« Jazz, voilà la musique qui réveille ». (L’horlogerie c’est la spécialité de ma ville)

« La Walkyrie ? Pas de quoi en faire un fromage ». (La crème de gruyère est une autre spécialité comtoise).

« Elgar n’habitait Austerlitz ». (pour celui-ci, j’ai eu un pensée pour la BD Hägar Dünor).

La dernière répétition est close, l’orchestre va pouvoir se déchaîner en soufflant une tempête de notes mais nous n’oublierons jamais que « Les mots sont musique avant d’être des mots ; peu importe ce qu’ils vont dire, nous n’écouterons que leur chant ». Alors avec Michaël Glück chantons les mots … avant de chanter avec Eddy Mitchell !

Les carnets du dessert de lune

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions