10 novembre 2020 ~ 0 Commentaire

Ca, qui me poursuit – Sylvie Durbec

Dans ce recueil Sylvie Durbec propose une poésie très libre où les vers ne sont parfois qu’un seul et unique mot. Pendant ma lecture, j’ai eu l’impression, mais je peux me tromper, que sa plume suivait le cheminement de sa pensée qu’elle matérialisait par quelques mots, une phrase complète, quelques phrases très courtes, même un seul mot ou une suite de mots séparés par un point, qu’elle déposait sur la feuille les mots ou le mot unique qui pouvait exprimer son sentiment, ses impressions, ses réflexions, ses réactions devant la situation qu’elle décrivait. Ainsi ses vers semblent suivre le cheminement de sa pensée en la ponctuant de mots ou expressions sensations, émotions, idées, interrogations, négations, refus…

Elle décrit un paysage qui semble le sien, le monde dans lequel elle vit, les petites choses de la vie mais aussi les nouvelles du monde qui viennent percuter la quiétude de son milieu. Elle n’est plus toute jeune, elle a déjà un fils de son fils qui interroge les étoiles.

« L’étoile solitaire, a dit l’enfant, fils de mon fils / Le plus âgé, aura bientôt de la compagnie /Et nous avons levé les yeux. »

Cet enfant est source de bonheur et de joie mais il est aussi questionnement sur la progéniture, sur les chemins que les enfants empruntent. Les actualités nourrissent une forme d’inquiétude sur le devenir de ces enfants lorsqu’ils deviennent des fils, des grands frères.

« Avoir des fils. / Qui sont frères. / Et se demander. // Se demander ? / Oui, s’interroger sur ces fratries prêtes à / Mourir ensemble. »

Même le pire meurtrier a été un enfant et reste un fils, un petit-fils, peut-être un frère, un petit frère affectueux, un grand frère attentionné. Et, il est à jamais « un enfant de Dieu » comme Cormac McCarthy l’a écrit dans son célèbre roman. Alors, pour la mère ou la grand-mère, il reste la culpabilité d’avoir enfanté un fils meurtrier.

« Qu’a pu comprendre la mère des tueurs ? / Figée dans le déni. »

« Mère de fils. / Donner la vie à qui donne la mort ? / Vraiment ? »

L’enfant est au cœur de ce recueil mais il n’est pas le seul sujet, il y a aussi d’autres personnages de passage : Le Marseillais, l’ami anglais, Claude-Aziz, le brave paysan qui ne sent pas encore sa mort prochaine : « … / Retourné dans la salle d’attente / à sourire / ce qu’il espère / est déjà sous terre »

C’est son monde que Sylvie décrit avec des mots comme des coups de pinceaux que l’artiste dépose sur la toile, des mots lumineux pour représenter les enfants et, sur les bords du tableau, des personnages, des paysages, des petites choses qui pourraient paraître insignifiantes mais qui font partie de son univers, de son quotidien, de ses préoccupations…

Les carnets du dessert de lune

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions