16 février 2020 ~ 0 Commentaire

Bryxxel – Katinka Ziesemer

Katinka, elle jongle en équilibre sur la corde tendue de son langage ancrée une extrémité à Stockholm et l’autre à Fribourg-en-Brisgau, avec ses deux langues, le suédois et l’allemand, avec le langage qu’elle essaie d’inventer, les mots qu’elle ajoute les uns aux autres à travers ses diverses langues car à ses langues maternelles et paternelles elle a ajouté le français de Bruxelles et quelques bribes d’autres langues que je n’ai pas toutes identifiées. Je sais qu’il y a du japonais car un superbe idéogramme orne la page centrale du carnet. Elle raconte sa culture multiethnique, multiculturelle, polyglotte dans l’un de ses poèmes expérimentaux :

« Deux voix différentes. Une voix suédoise une belge. Une voix belge une allemande. Une voix féminine une masculine. Un voix humaine, une spirituelle. Une voix parle d’en haut une parle d’en bas Une parle d’en bas une parle d’en haut Une parle de la tête une parle de l’intérieur Une parle … »

Un langage binaire qui n’est pas sans rappeler les travaux conduits par Philippe Jaffeux pour structurer un langage tout aussi binaire accessible aux handicapés. Mais aussi un travail sur le texte : affranchissement de la ponctuation, suppression des espaces entre les mots, mélange des langues dans un même texte, …, Katinka use de ses multiples talents linguistiques pour construire un langage à l’usage des polyglottes, pour élargir son champ sémantique comme l’a fait Reinhard Jirgl en ajoutant un certain nombre d’autres signes dans notre alphabet latin. Ce texte est écrit en français et en suédois avec quelques phrases d’autres langues encore.

Un essai linguistique mais aussi une invitation à la réflexion sur la multiculturalité écrite sous forme de poésie en prose très contemporaine.

Maelström

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions