18 avril 2019 ~ 0 Commentaire

Lily sans logis – Frédérique-Sophie Braize

Inspirée par un fait divers réel qui s’est déroulé au début des années mille-huit-cent-soixante en Haute-Savoie, Frédérique-Sophie Braize raconte l’histoire de Lily, une jeune fille devenue orpheline, rejetée par le village qui la croit diabolique car elle élève un enfant, deux si on considère seulement les têtes et les bustes, fruit d’une étreinte adultère. Accompagnée de son fidèle saint-bernard, elle décide de quitter sa montagne natale pour rejoindre Thonon-les-Bains où sa mère lui a dit avoir passé les plus belles heures de sa vie. Elle compte y exhiber les enfants siamois pour gagner les quelques sous nécessaires à sa subsistance et à celle de son, ou ses enfants, selon comme on le, ou les, considère, à l’occasion de la foire de Crête.

La foule se presse pour voir le petit monstre masquant deux individus aux intentions peut-être moins louables que celles des ménagères effrayées et apitoyées se bousculant autour de la charrette le transportant. L’un est un affairiste qui voit très bien comment il pourrait utiliser la jeune fille avec sa fraîcheur et toute sa naïveté, l’autre est un anatomiste ambitieux rêvant de gloire et d’une notoriété internationale qu’il pourrait acquérir en séparant les bébés liés. Les enfants ayant disparu pendant la nuit, la fille accepte l’aide de l’affairiste au risque de tomber dans ses rets. Elle connait alors une aventure qui la plonge au plus profond de la fange inondant les quartiers populeux de la ville mais croit toujours en la possibilité de sortir du travers dans lequel elle s’est laissé embarquer.

Cette histoire, ou du moins celle que l’auteure a réinventée, raconte l’éternelle lutte du bien et du mal qui s’épanouit encore mieux dans cette société très imprégnée par un syncrétisme issu du mélange des croyances catholiques et de tout un lot de superstitions païennes bien conservée dans ces contrées hostiles où les idées ne voyagent pas plus vites que ceux qui se déplacent à l’aide de leurs seules jambes. N’oublions que Saint François de Sales a vécu dans cette région qu’il a marquée de sa piété religieuse et dont le souvenir est très prégnant. C’est aussi une leçon de foi et de courage à l’intention de ceux qui ne persistent pas assez et croient pas suffisamment en eux et en ceux qui pourraient leur venir en aide.

Par de-là l’histoire qu’il raconte et les messages qu’il comporte, ce livre est aussi un ouvrage très documenté sur la vie en Haute-Savoie au XIX° siècle. L’auteure connait très bien cette région, ses habitants, son histoire, ses coutumes et sa langue et sa culture. Elle a pris le parti, pour que son récit soit plus crédible, plus proche des faits qui l’ont inspiré, d’utiliser un langage comportant beaucoup de mots et d’expressions usités à cette époque dans cette région. Elle a aussi choisi d’utiliser une forme littéraire qui rappelle les livres qui, au XIX° siècle, était souvent publiés sous la forme d’un feuilleton avant d’être éventuellement publiés. En lisant ce texte, j’ai eu l’impression de retrouver des romans aujourd’hui disparus dont je me régalais quand j’étais adolescent sur mes plateaux jurassiens.

Editions De Borée

2.5.0.0

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions