24 novembre 2018 ~ 0 Commentaire

130 haïkus à entendre, sentir et goûter – Iocasta Huppen

Iocasta Huppen, roumaine d’origine, installée en Belgique est une « haïjin » (terme japonais qui désigne une personne qui écrit des haïkus), elle excelle particulièrement dans cet art, elle a été l’initiatrice du Kukaï de Bruxelles qui réunit quatre fois par an des auteurs de haïkus. Dans le présent recueil, elle propose, je n’ai pas compté mais comme elle l’écrit dans son titre, je lui fais confiance, 130 haïkus qui évoquent tous ou presque des scènes champêtres, des scènes qui dégagent calme et sérénité, des images qu’on croirait venues directement du pays du soleil levant.

Elle nous dit aussi, dans le titre de ce recueil, que ces haïkus sont reliés à trois de nos sens : l’ouïe, l’odorat et le goût. Alors, j’ai suivi le chemin qu’elle nous a tracé, j’ai écouté :

« Le bruit de l’eau

seul bruit que j’emporterai

dans le grand voyage »

puis j’ai humé l’odeur annonçant mon repas :

« Square ensoleillé –

un fumet de potage

me rappelle l’heure »

et enfin, j’ai goûté la délicate saveur d’un :

« Cigare dominicain

un goût de champignon

et de sous-bois sec »

Ces haïkus ayant mis mes sens en éveil, j’ai cherché celui que je préférais mais, contrairement à ce qu’écrit l’auteure, il ne dégageait pas le moindre petit bruit, pas la moindre odeur, je n’ai même pas pu le goûter :

« Pas sur le pont –

en contrebas

nous continuons à nous embrasser »

Comme il devait être doux !

Bleu d’encre

2.5.0.0

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions