25 octobre 2018 ~ 0 Commentaire

La couleur de l’aube – Yanick Lahens

Roman à deux voix, en Haïti, deux jeunes femmes partent à la recherche de leur frère, Fignolé, qui n’est pas rentré à la maison. Cette disparition les inquiète fort, car, à cette période, celle où le père sauveur (le Père Aristide sans doute) tant attendu a trahi la cause du peuple, la disparition signifie souvent la mort ou au moins la détention dans les geôles des tortionnaires. Chacune à sa façon, elles vont mener l’enquête pour essayer de retrouver la trace de leur petit frère qu’elles aiment tant. L’aînée, Angélique qui « passe pour être sage. Très sage même. Mère sacrifiée. Fille soumise. Sœur exemplaire. » Infirmière dévouée et paroissienne dévote, prie et fait les démarches nécessaires auprès des organismes officiels et des réseaux qui peuvent lui apporter quelque information au sujet de cette disparition. Sa cadette, Joyeuse qui porte bien son nom, « a une foi inébranlable dans son rouge à lèvres, ses seins et ses fesses » se faufilent dans les quartiers dangereux où son frère a pu se réfugier.

Chacune raconte ses recherches en évoquant la vie qu’elle a menée et mène encore dans cette île où tous les malheurs semblent s’être donné rendez-vous. Vie de misère surtout pour les femmes qui ne peuvent qu’espérer séduire un blanc pour l’épouser et sortir du caniveau où elle est enlisée. « Dans cette île tous les hommes sont de passage. Ceux qui restent plus longtemps le sont un peu moins que les autres, c’est tout. Dans cette île, il n’y a que des mères et des fils. » Elles soliloquent racontant leurs frustrations, leurs dévergondages, les combines auxquelles elles doivent avoir recours pour survivre.

Un fois de plus la misère haïtienne a accouché d’un magnifique texte, seule la littérature semble pouvoir survivre sur cette île de malheur. Yanick Lahens, auteure très talentueuse, livre un témoignage émouvant, révoltant, bouleversant sur la vie en Haïti où les tortionnaires ne sont éjectés que pour laisser la place à d’autres, pire encore. Après chaque révolution le peuple est spolié de sa victoire, privé de la récompense qu’il gagné au prix d’un flot de sang versé et de moult douleurs endurées. L’auteure insiste surtout sur la condition des femmes qui ne sont là que pour nourrir des mâles qui jouent à s’entretuer dans les conditions les plus atroces. Filles, mère, sœurs, d’assassinés, de torturés mais aussi d’assassins et de tortionnaires, elles ne connaissent que la souffrance, la privation et les frustrations.

« Comment ne pas prier Dieu dans cette île où le Diable à la partie belle et doit se frotter les mains. Dans cette maison où, sans crier gare, jour après jour il a établi ses quartier ». « Je ne me souviens plus de la dernière fois où elle a ri à faire danser le soleil dans ses yeux ».

Sabine Wespieser Editeur. SW Poche

2.5.0.0

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions