31 mars 2018 ~ 2 Commentaires

Courtisane – Muneera Swar

Lors du dernier Salon du livre de Paris, j’ai constaté que le Qatar attribuait chaque année des prix littéraire à des auteurs arabophones, dont un à un auteur d’un roman. C’est à cette occasion que j’ai découvert ce livre de cette jeune Bahreïnie et que j’ai décidé de l’acquérir. Munnera Swar, pure arabe d’origine, confie sa plume à Courtisane, le nom par lequel tous la désignent dans sa famille, Josiane le nom qu’elle s’est donné pour ouvrir son propre salon de coiffure et d’esthétique à Manama la capitale, pour raconter son histoire de femme noire descendant des esclaves africains affranchis de longue date.

Courtisane, Josiane, n’a pas connu son père, elle vit avec sa mère et son grand père sans oublier Bibi, le perroquet, qui occupe une place importante dans la famille. Sa paternité est un secret très lourd qu’il ne faut surtout pas évoquer au risque de provoquer des drames familiaux, surtout de la part de sa mère qui peut entrer dans de violentes colères. Courtisane est noire mais ça mère et son grand père ne le sont pas, ceci l’interroge particulièrement et la met en rage car elle en souffre depuis son enfance quand elle a été inscrite dans une bonne école, où elle était la seule fille de couleur, où elle subissait des humiliations et des traitements douloureux sous le regard indifférent et même complice des enseignants. Combative, déterminée, pour échapper aux mauvais traitements, elle décide de créer sa propre affaire : un salon de beauté de luxe où elle travaille avec trois employés, un garçon et deux femmes.

Elle est désespérée car elle convaincue qu’aucun homme digne d’elle ne tombera amoureux d’une fille noire, seul son cousin Obeid, aussi noir qu’elle, la courtise avec persévérance mais elle ne veut pas céder à ses avances. « Que deviendront mes enfants, si j’accepte de me marier à Obeid ? Ils auront forcément la peau noire. Ils en souffriront, tout comme moi. Ils seront eux aussi humiliés dès leur plus jeune âge ». Sa vie est drame auquel elle ne pourra mettre u terme qu’en retrouvant son père et ne trouvant un mari. Mais la vie n’est pas toujours comme on la croit et les secrets de familles et complexes masqués ne sont pas le propre de la narratrice d’autres aussi, ses employés notamment, ont eux aussi leurs failles cachées.

Ce roman est un regard acéré sur la société cosmopolite de Bahreïn où la religion ne semble pas peser sur les femmes qui peuplent cette histoire, Courtisane vit comme une femme européenne dans une ville qui semble très moderne, une de ces luxueuses villes nouvelles qui ont surgi dans les pays pétroliers notamment. L’argent y coule à flot mais la tache originelle est indélébile, la couleur de la peau reste un stigmate très dévalorisant, Courtisane le fait comprendre en adirant la réussite d’Oprah Withney malgré la couleur de sa peau. « Je dépose le magazine d’Oprah sur la pile, au-dessus de tous les autres, en signe de respect pour ce qu’est devenue cette femme, malgré la couleur de sa peau ». Ce livre est aussi une leçon de persévérance dans ses entreprises, d’acceptation de sa personne, d’espoir et de foi en l’amour qui viendra bien un jour. Mais, même en Orient, « Oh que la vie est facile pour les blancs de peau ! »

Prix Katara 2015 du roman

2.5.0.0

2 Réponses à “Courtisane – Muneera Swar”

  1. Edmée De Xhavée 3 avril 2018 à 10 h 45 min

    Ah… intrigant en tout cas, j’aime voir le cinéma et lire les livres de pays qu’on connaît peu ou mal, ça donne un éclairage différent que celui qu’on nous impose…

    • Denis Billamboz 4 avril 2018 à 20 h 17 min

      La lecture a été pendant longtemps mon meilleur moyen de transport, petit terrien, j’ai ouvert mon esprit aux autres en lisant leurs mots ! Et aujourd’hui, je suis très heureux de tout ce que j’ai récolté.


Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions