16 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

Nous étions de ceux-là – Julien Tardif

Pour proposer son premier recueil, de la poésie très libre, très contemporaine, très novatrice, Julien Tardif s’est affranchi de toutes les contraintes qui auraient pu entraver l’expression, le sens et même la forme de son texte. Il dicte ses propres règles : détermine la forme qui oscille entre vers et prose, décide de la ponctuation qui rythme son texte et même de la mise en page. Malgré cette très grande liberté d’expression, il n’hésite pas à placer des formules de style habilement tournées comme ces quelques vers dans lesquels on peut voir un zeugme :

« J’ai changé d’avis aujourd’hui

Pris certains vêtements

Pris le métro

            Et mon vélo »

Et ces quelques autres où résonne de jolies assonances à l’image de celle-ci :

« Tant veut le vent que l’attend le vent

Tant veut le temps que l’attente

Tant vend le temps que l’attente élégante

Désastreuse ».

Mais le recueil de Julien Tardif n’est pas seulement un exercice de style c’est aussi un message qu’il adresse à ceux qui croient encore en un avenir possible. Il prévient clairement le lecteur à travers les quelques lignes qu’il propose sur la quatrième de couverture : « L’écriture … est un exutoire, une forme de rébellion à l’égard des derniers optimistes encore sérieux : je ne parle pas ici des touristes de la vie moderne qui seuls encensent le vice : j’écris pour les êtres vivants… » Il l’affiche clairement, il prône la rébellion contre les optimistes, il ne croit plus en la vie.

Concentré de révolte, condensé de rage, épure de désespoir, et même esquisse de colère, la poésie de Julien Tardif laisse aussi parfois la place au lecteur pour qu’il termine un ver avec son propre désarroi. Cette poésie sonne comme un protest song de Bob Dylan : « Le temps était venu d’oublier, de créer et de croire en la mort et de la désirer plus que la vie elle-même… ». Comment afficher et proclamer un tel désespoir quand on possède la musique et qu’on peut la glisser aussi adroitement dans les vers : faire sonner les mots sur un rythme de boléro à la manière de Ravel ? Mais, dans ce recueil, même la musique semble morte,  elle ne rythme plus aucun espoir, elle n’est plus que requiem.

« Je ne suis plus de ce monde

Ici personne n’en sort

Ainsi soit-il et

C’est lundi – adieux vautours ».

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Les pense-bêtes du poete |
Au pays de Laryngale |
Nouvelleshorrifiques |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions
| No woman's land