09 août 2017 ~ 0 Commentaire

Albin saison 2 – Albin Bis

J’ai lu cette suite de textes, on dirait un petit carnet de moleskine comme bien des écrivains en possèdent pour noter leurs idées, comme l’histoire d’u jeune homme qui voudrait écrire un roman mais qui n’arrive pas à se faire publier, ni même à écrire quelque chose de mieux. Millot, l’éditeur, ne veut pas de son texte et Madame Marcel, la brave femme qui fait son ménage, essaie de le consoler, de le réconforter de lui donner des conseils. Millot veut le faire changer, faire changer tout ce qu’il met dans son texte et Madame Marcel essaie de faire comprendre à Albin qu’il faut qu’il change pour être plus clair, plus accessible.

Mais Albin c’est le tout et le rien, les mots sans les mots. « Albin court tous les jours dans son calepin d’un mot à l’autre, sur le papier un coup il est l’un, un coup l’autre et va et vient de ligne en ligne…. ». Albin saison 2, c’est un peu ce petit calepin rempli de bouts de textes que le héros griffonne au hasard des événements peu excitants de sa vie monotone : cassoulet, cahors, septième douillet, qu’il essaie de rendre plus attrayante grâce à sa créativité, mélangeant les personnages de ses rêves avec ceux qu’il côtoie, avec ceux que Madame Marcel confond régulièrement : personnages du roman et connaissances de l’auteur. « C’étaient des mots, Madame Marcel, des mots, vous comprenez ? Ce serait trop vous demander de faire preuve d’un peu de distance, parfois ? »

Le drame d’Albin c’est cette vie trop plate qui ne lui apporte aucune matière pour le grand roman qu’il voudrait écrire, alors il essaie, écrit des bouts de texte, déchire, froisse, note une idée, se bat avec les mots, explique à Madame Marcel qui ne comprend pas plus que Millot, l’éditeur, cette façon nouvelle d’organiser un récit pour raconter une belle histoire. « Madame Marcel, savez-vous qui a dit mettre de l’ordre ne va pas tout seul, certaines idées ne supportent pas l’ordre et préfèrent crever, et à la fin il y a beaucoup d’ordre et presque plus d’idée ? » Pour bien marquer la comparaison avec le petit carnet, l’auteur utilise plusieurs polices de caractères comme un écrivain emploie plusieurs crayons pour prendre ses notes, consigner quelques idées ou rédiger un bout de texte.

C’est l’histoire d’un écrivain qui voudrait trouver un style nouveau mais qui patauge lamentablement encouragé par une femme de ménage qui vitupère, le vilipende pour le secouer, le mettre dans un chemin plus académique. C’est le drame de la création, de l’innovation, de l’incompréhension des autres, c’est le drame des écrivains qui veulent écrire autrement sans pouvoir se faire éditer. C’est aussi un texte truffé d’allusions à des textes bien connus : chansons, expressions populaires, poésies, citations célèbres, dialogues de films, …). Et, in fine, je me demande si ce n’est pas aussi un petit coup de griffe à l’adresse de ceux qui se complaisent si confortablement dans l’autofiction qui encombre aujourd’hui tellement les rayons des librairies. Albin à même trouvé un genre nouveau pour narguer celui qui est tellement à la mode : « Pas mal du tout mais il y a mieux, encore : palinodie autofictive. »

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions