04 novembre 2016 ~ 3 Commentaires

Dans le spleen et la mémoire – Fabien Sanchez

Fabien, c’est terrifiant ! Je n’ai pas envie que tu peuples ta solitude en ayant l’enfant que tu jamais eu,

« de l’enfant que tu n’as jamais eu

de la petite fille à laquelle

tu ne raconteras jamais d‘histoires

de la solitude dans les jardins publics

parmi les enfants des autres ».

Je n’ai pas envie que tu oublies ton passé dans un avenir radieux, que tu noies ta nostalgie dans un présent petit bourgeois,

« Cette manie de regarder en arrière

dans le rétroviseur de l’âme

carburer à la nostalgie

le plein de super pour la marche arrière »

Je voudrais que tu restes le chômeur désœuvré, sans avenir, qui n’arrive même plus à laisser filer son temps, je voudrais que tu restes le gamin bohème qui a parcouru trop tôt les chemins de la vie et épuisé trop vite les illusions qu’elle suggère,

« j’avais dix-sept ans

et mon cœur connaissait trop de chansons

les lits des filles m’étaient inaccessibles

je dormais sur le bitume ».

Je voudrais que longtemps encore tu écrives des vers qui racontent l’histoire d’un père parti trop tôt et  d’un fils jamais devenu père, des histoires écrites avec le jus de tes tripes, la bile amère de ton âme et l’encre de ton désespoir.

« ah maudit gosse, et sale bonhomme

moi chômeur longue durée,

lui poète à ce qu’il parait

tous deux traînent misères, traîne fumée ».

Mais, même si tu es, comme tu le dis : « Je suis devenu celui qu’enfant je n’aurais pas vu », j’espère de tout mon cœur que « la possibilité du retour » que tu évoques dans ton « Intro », te permettra un jour d’écrire à l’imparfait avec le même talent, la même tristesse, le même désespoir des vers de la même intensité, portant une émotion aussi troublante, provoquant une compassion aussi vive. Et que tu trouves un chemin possible pour sortir ta vie du cul de sac dans lequel elle semble enfermée, sans jamais y laisser ton talent. J’espère aussi que l’œil d’Olivia HB sera encore sollicité pour apporter un supplément de vie à tes poèmes car ses photos participent à l’ambiance et à l’empathie que ce recueil dégage.

3 Réponses à “Dans le spleen et la mémoire – Fabien Sanchez”

  1. Bonjour cher Monsieur

    le 04 Novembre 2016 vous aviez eu la gentillesse de commenter mon recueil de poésie « Dans le spleen et la mémoire » paru aux Carnets du dessert de lune, et je vous en remercie.

    J’ai toutefois une demande à vous faire : je souhaiterais que vous supprimiez la photo que vous avez utilisée où je suis avec Roland Jaccard.

    Des raisons personnelles font que je ne souhaite pas être associé à cet écrivain.

    Je vous remercie pour votre compréhension et vous adresse mes meilleures pensées.

    Fabien Sanchez

  2. Fabien Sanchez 6 juin 2020 à 2 h 25 min

    Mon mail est fabiensanchez5@yahoo.fr


Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions