22 mai 2016 ~ 0 Commentaire

Sourires de loup – Zadie Smith

C’est vrai ça ressemble étrangement à un bouquin écrit pour décrocher le Man Booker Prize : une grande histoire avec beaucoup de personnages qui fait au moins 400 pages. Mais voilà Zadie c’est une gamine toute jeune, issue de l’immigration – comme il est convenable de préciser maintenant – qui écrit avec le talent d’une vieille anglaise, mais avec un style très personnel, des histoires de son temps et de son quartier.

Zadie nous raconte la banlieue de Londres avec ses Jamaïcains, ses Pakistanais, ses Nigérians et autres exilés qui constituent une population cosmopolite essayant de vivre dans la meilleure harmonie possible. Son livre colle à l’image des grands défilés festifs qui agitent Londres régulièrement au rythme de la musique pop. Est-ce le livre d’une société où toutes les ethnies se sont fondues avec bonheur dans une même famille ? Est-ce le livre de la mort des cultures des ancêtres ? Zadie ne tranche pas, elle montre bien la nostalgie du pays abandonné, la douleur des coutumes et des mœurs oubliés, mais elle n’oublie pas que le métissage peut-être aussi un moyen de vivre dans les grandes métropoles au XXI° siècle.

J’ai aimé ce roman car Zadie, pour ses débuts, montre qu’elle est capable de conduire une grande histoire peuplée de personnages très finement analysés et très complexes. Ce livre démode toutes les grandes dames de la littérature anglaise et jette même une certaine ombre sur les Byatt, Trapido, Barker, Atkinson et autres… qui peuplent les gondoles des librairies anglaises actuellement. C’est un livre très contemporain que l’on peut relier à l’œuvre de Kureishi faute de pouvoir la comparer à celle de Rushdie au moins pour le moment.

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions