29 mars 2016 ~ 0 Commentaire

Prologue au silence – François Jacqmin

Le poète, François Jacqmin, à sa mort, a laissé une quantité très abondante de textes dont un ensemble, suffisamment cohérent, a pu être extrait pour constituer ce recueil. Dans sa postface, Catherine Daems, suggère qu’« Il a en fait laissé des recueils à la discrétion d’amateurs qui, les publiant, participent à la constitution de son œuvre. » Si cette hypothèse peut-être acceptée, nous ne pourrions qu’apprécier cette démarche qui laisse une place au lecteur dans la conception finale du document qui sera proposé aux lecteurs suivants.

Cette quantité de textes restée inédite démontre peut-être que l’auteur craignait effectivement les mots (même ceux qu’il employait et assemblait), le verbe, les certitudes – « Il faut s’étonner d’une certitude » – préférait le flou, l’incertain, l’esquisse,… à une réalité trop contraignante.

« Il arrive un jour
Où l’on accorde le statut
De vérité
A la vérité

Faute de mieux. »

Cette prudence à l’encontre des mots se manifeste particulièrement dans le présent recueil qui est constitué de trente poèmes courts, quelques vers, quelques mots seulement, pour dire le néant qui était avant, la vacuité, l’incertitude, le brouillard, le flou, … qui précédaient le monde et qui devraient être encore car il faut se méfier du verbe… « et que ce prologue s’éternise ».

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions