19 février 2016 ~ 0 Commentaire

Galadio – Didier Daeninckx

J’ai cru que j’allais me réconcilier avec Didier Daeninckx en commençant ce livre dans lequel il soulève le problème, rarement évoqué dans la littérature, des enfants métis nés en Allemagne dans les années vingt et trente. Hitler était déjà chancelier quand Ulrich, Galadio, ce matin-là, allait acheter du pain pour sa mère qui rentrait tôt, après une nuit de travail épuisant, dans une aciérie de la Ruhr où elle avait été affectée après avoir été privée de son emploi précédent, car, jeune veuve de guerre, elle avait eu cet enfant avec un tirailleur africain des troupes d’occupation françaises.

« C’est un crime envers la civilisation que de faire venir du centre de l’Afrique des Nègres arriérés pour surveiller un peuple d’une culture supérieure », proclame le journal « Münchner Zeitung ». Alors, au retour de sa course, le jeune garçon est agressé par des SA qui confisquent les animaux domestiques des Juifs, né au début des années vingt, il comprend vite la politique raciste des nazis qui le raflent pour un examen ethnique suivie d’une déportation originale. Il est sélectionné pour jouer le rôle d’un Nègre dans un film tourné dans les fameux studios de Babelsberg où il commence une carrière cinématographique qui le conduira sur les traces de celui qu’il pense être son vrai père.

Un sujet original, intéressant, pour une histoire pourtant bien banale, convenue, écrite banalement dans un livre hélas tout aussi banal qui ne fait qu’effleurer le sujet qu’il prétend traiter. Manifestement l’auteur n’a pas étudié suffisamment sérieusement cette question pour retenir l’attention du lecteur et apporter une contribution, même minime, à l’examen du sort des métis dans l’Allemagne nazie. Un livre qui, hélas encore, ne me réconciliera pas avec Didier Daeninckx dont j’avais déjà lu un autre livre qui survolait de la même manière le sujet qu’il prétendant lui aussi traiter. C’est même presque gênant de lire cet ouvrage qui donne un côté un peu guilleret à cette question d’une gravité cependant extrême et d’une douleur aiguë pour tous ceux qui ont eu à en pâtir.

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions