21 janvier 2016 ~ 0 Commentaire

Le cuisinier de Talleyrand : Meurtre au congrès de Vienne – Jean-Christophe Duchon-Doris

En passant par Valençay, sur le parcours de mes vacances, je me suis un jour arrêté pour visiter le château du célèbre Prince de Bénévent, Charles-Maurice de Talleyrand, et j’ai acheté ce livre de Duchon-Doris rien que pour goûter, par l’imagination, la cuisine d’un des pères de la gastronomie française : Antonin Carême. J’ai dégusté ce livre qui évoque bien évidemment les belles recettes, l’immense talent et la géniale créativité du grand maître queux mais aussi une enquête policière devant élucider un crime odieux perpétré dans le foisonnement d’intrigues entourant les négociations du traité de Vienne qui essayait de dessiner la nouvelle l’Europe après la déroute napoléonienne.

Un beau matin d’automne de 1814, un rôtisseur de la batterie d’Antonin Carême est sauvagement assassiné, alors qu’il se rend à Schönbrunn, pour une raison inconnue de tous, ou presque, les circonstances du crime semblent accabler le célèbre cuisinier ; l’inspecteur Vladeski de la police de l’empereur d’Autriche est chargé de retrouver le meurtrier et de dénouer l’intrigue qui se cache derrière ce crime. Il se lie progressivement d’amitié avec le maître queux, séduit, comme beaucoup d’autres, par son immense talent culinaire.

Ce roman policier n’est hélas pas aussi goûteux que la cuisine proposée par celui qui a donné son titre au livre, le texte est beaucoup trop délayé, des descriptions multiples, parfois sans rapport avec l’intrigue, encombrent le déroulement de l’enquête, rompent le rythme du récit et la narration de diverses péripéties émaillant le Congrès ne restent pas seulement des éléments contextuels mais font aussi partie du récit comme si l’auteur voulait écrire un essai sur cette période clé de l’histoire de l’Europe. Par ailleurs, à chaque changement de chapitre, Duchon-Doris prend le temps de camper le décor, coupant ainsi trop souvent le rythme de l’enquête, ces éléments contextuels sont certes indispensables au roman mais ils ont parfois trop hors sujet. Les fêtes et les bals inondent le texte, les descriptions des réceptions, des toilettes et de multiples autres choses finissent par lasser le lecteur qui accepterait volontiers quelques coupures aérant le texte.

Dommage car ce roman reste un bon polar historique qui ravira sans doute les disciples de Clio qui pourront, à sa lecture, réviser l’histoire de notre continent ou découvrir les fondations de l’Europe du XIX° siècle et même d’une partie du XX° siècle avant que les deux guerres modifient une nouvelle fois la géographie européenne. A trop vouloir en dire l’auteur a noyé nombre de lecteurs, comme moi, qui ont navigué entre l’intrigue policière, le roman historique, la description de la Vienne impériale et les apartés gourmands avec le grand maître queux.

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions