25 septembre 2015 ~ 0 Commentaire

Cochon d’Allemand – Knud Romer

On ne choisit pas sa famille et le petit Knud, habitant de la ville danoise de Nyköping sur l’île de Falser qui disparait presque à marée montante, a tiré le gros lot à loterie de la vie. Il nous entraine, à travers un livre patchwork, dans la visite de son arbre généalogique qui comporte un grand père paternel qui exerça 36 métiers pour 36 misères, un grand père paternel trop vite décédé suppléé par un hobereau prussien rigide comme la pointe de son casque en guise de parâtre. Mais le personnage central de ce livre, celui qui devrait en avoir le rôle titre à mon sens, c’est la mère qui connut une destinée extraordinaire et dont le chemin emprunta tous les méandres de l’histoire germanique pendant la période hitlérienne. Arrivée à Berlin pour faire des études en 1939, elle en fut vite chassée par la répression à l’opposition au Führer et navigua ensuite entre l’Autriche et la Prusse au gré des aléas de la guerre pour terminer celle-ci comme réfugiée de ce qui deviendra l’Allemagne de l’Est après avoir connu les hôpitaux militaires et les camps américains.

Dans une Allemagne vidée de ses hommes, la mère, Hildegard, s’exile pour trouver un emploi au Danemark où elle fonde une famille et donne naissance au petit Knud. Mais cette nouvelle patrie n’acceptera jamais « l’Allemande » qui sera rejetée et humiliée comme son fils qui sera la bête noire de toutes les écoles qu’il fréquenta, le « Cochon d’Allemand » qui subissait toutes les brimades de la part de ses petits camarades sous l’œil innocent du corps enseignant. « Mère avait été une femme du monde, et la fin de ce monde fut aussi la sienne. »

Même si partout en France après la guerre, le sentiment anti germaniste prévalut pendant un certain temps, rares sont les endroits où une telle haine perdura si longtemps avec une telle violence. Et cette intolérance se manifeste à l’écart de tous les « différents », ainsi la fille d’un handicapé subit elle aussi des brimades : «… son père souffrait d’une sclérose en plaque et se déplaçait dans un fauteuil roulant. On se moquait d’elle à cause de cela, et … ils se jetaient sur elle et la tabassaient : son père était un débile ! ». Et si le Danemark n’était pas l’Eldorado que l’on croit ?

Ce livre traitant du rejet des enfants différents et notamment des enfants nés d’un parent étranger, et qui plus est Allemand, vient peu après « Sang impur » d’Hugo Hamilton, serait-ce symptomatique d’une plaie mal cicatrisée qui se rouvrirait ?

Laisser un commentaire

An Other Fake Artist |
Nouvelleshorrifiques |
Twexter |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FUYONS, LISONS !
| Taqbaylitiw
| Debauchesetperversions